griffer


griffer

griffer [ grife ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1386; p.-ê. d'un a. haut all. grifan, cf. all. greifen
Égratigner d'un coup de griffe ou d'ongle. Le chat lui a griffé la joue. Absolt Un chat qui griffe. « Il se battait comme une fille, les mains ouvertes, giflant et griffant » (Maurois).
Provoquer une griffure. Se faire griffer par les ronces.
⊗ HOM. Griffé, gryphée.

griffer verbe transitif (haut allemand grîfan, du francique grîpan, saisir) Marquer d'un coup de griffe, ou d'un coup d'ongle : Elle l'a griffé au visage avec ses ongles. Égratigner, érafler avec un objet pointu : Il griffa la carrosserie de la voiture avec un canif. Égratigner quelqu'un, une partie du corps : Les ronces ont griffé ses jambes. Pratiquer le griffage ● griffer (homonymes) verbe transitif (haut allemand grîfan, du francique grîpan, saisir)griffer (synonymes) verbe transitif (haut allemand grîfan, du francique grîpan, saisir) Égratigner, érafler avec un objet pointu
Synonymes :
- érafler
Égratigner quelqu'un, une partie du corps
Synonymes :
- écorcher
griffer verbe transitif (de griffe) Mettre sa griffe sur un vêtement, un article. ● griffer (homonymes) verbe transitif (de griffe) gryphée nom féminin

griffer
v. tr. égratigner avec les griffes ou les ongles. Le chat l'a griffé.
Pp. adj. Sortir des ronces les jambes griffées.

⇒GRIFFER, verbe trans.
A. — 1. [Le suj. désigne un animal] Donner des coups de griffes contre, sur (quelque chose). Les pattes folles, le chat moribond griffe l'air, se recroqueville en boule, ou se détend et ne crie pas (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 179) :
1. Rentrait-il avant onze heures du soir, elle [une chatte] l'attendait dans le vestibule, à la porte, griffait le bois, miaulait avant même qu'il n'eût pénétré dans la pièce; puis elle roulait de langoureuses prunelles d'or vert, se frottait contre ses culottes, sautait sur les meubles...
HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1891, p. 118.
En partic. Égratigner (quelqu'un) d'un ou plusieurs coups de griffes. Petite Alice a eu aujourd'hui trois petits malheurs : le chat lui a griffé le bras, elle s'est pincé la main à un tiroir et s'est mordu un doigt en mangeant (AMIEL, Journal, 1866, p. 166). L'une [des bêtes] lui griffe la main d'une longue estafilade (LORRAIN, Contes chandelle, 1897, p. 67).
Emploi abs. Elle [une chatte] ronronnait ravie et prête à mordre, car elle aime griffer autant qu'être flattée (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Chats, 1886, p. 1059).
Emploi pronom. réciproque. Des dragons se griffent dans un champ de pivoines roses [dans une peinture] (GONCOURT, Journal, 1875, p. 1086).
2. [Le suj. désigne une pers.]
a) Égratigner (quelqu'un, quelque chose) avec ses ongles. Si tu cessais de m'aimer, je te sauterais après, je te grifferais, je te grafignerais, je te jetterais de l'eau, je te ferais arrêter (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 169) :
2. Je tremblais de colère. Je fis le tour de la table, je saisis le petit Corse par le cou et je le soulevai, tout gigotant : je l'aurais bien cassé sur la table. Il était devenu bleu et se débattait, cherchait à me griffer; mais ses bras courts n'atteignaient pas mon visage. Je ne disais mot mais je voulais lui taper sur le nez et le défigurer. Il le comprit, il leva le coude pour protéger sa face...
SARTRE, Nausée, 1938, p. 210.
Emploi abs. Se défendre, attaquer en égratignant avec les ongles. Elle, pas trop bonne non plus, mordait et griffait (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 751). Je n'en peux plus, et, tout d'un coup, j'ai des envies de griffer, de m'étirer violemment et d'écraser les mains de quelqu'un (COLETTE, Cl. à l'école, 1900, p. 165).
Emploi pronom. réciproque. Des tout petits se griffent, des fillettes interviennent, justicières (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 54).
Emploi pronom. réfl. [Avec ou sans compl. d'obj. désignant une partie du corps] (Qqn) se griffe (qqc.) à (qqc.). S'égratigner à (quelque chose). Cinq jours (...) dans les bois, à me griffer les bras et les jambes aux ronces (COLETTE, Cl. à l'école, 1900p. 245).
[Sans compl. prép. à] Elle s'était griffé les mains en se creusant un trou dans une haie (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1327). L'épine du rosier ne griffe point, mais c'est l'imprudent qui se griffe par une manière violente de fuir (ALAIN, Propos, 1926, p. 689).
Se faire griffer. Étrangler un chat sans se faire griffer, reconnais que c'est un tour de force (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 105). Il est peu probable (...) que le capitaine et Mademoiselle Clarisse aillent jusqu'au fond du Mexique se faire griffer par les ronces et piquer par les moustiques (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 2e tabl., p. 57).
b) P. ext. Frotter la pointe de l'ongle ou des ongles sur (quelque chose). Synon. gratter. Il griffait doucement de ses ongles le velours de l'accoudoir (BERNANOS, Imposture, 1927, p. 414). Ses ongles roses griffaient lentement la nappe (HAMP, Marée, 1908, p. 72).
3. [Le suj. désigne une plante, une chose]
a) Égratigner, érafler. Une épine plus résistante accroche une jupe ou griffe un bas de jambe (PESQUIDOUX, Chez nous, 1921, p. 166). Ses plumes pointues griffaient le papier, elle faisait grand bruit en écrivant (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p. 70).
Emploi abs. V. supra 2 a ex. d'ALAIN.
P. anal. Être marqué comme par une marque de griffe sur (quelque chose). De minces rides griffaient ses paupières (GENEVOIX, Avent. en nous, 1952, p. 175). Le marchand sortit, vit les phares de l'auto, griffés par les barbelés (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 342).
b) Au fig. [Le suj. désigne une sensation, gén. auditive] Provoquer une sensation douloureuse ou très pénible. Un dernier son parvient à mon oreille, un son déjà entendu, l'autre jour, sous les cyprès, et qui soudain, maintenant comme alors, me serre la gorge et me griffe le cœur (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 310). Elles [les balles] se croisent alentour, avec (...) des piaulements hargneux qui nous griffent les oreilles (GENEVOIX, Nuits de guerre, 1917, p. 294).
B. — Au fig., vieilli. Toucher, blesser par des critiques méchantes ou sournoises. Synon. donner des coups de griffes à qqn. Hetzel que j'ai fort griffé, m'écrit une lettre désolée, pleine d'adoration pour Paul Meurice (...) priez Meurice de ma part de l'amnistier (HUGO, Corresp., 1859, p. 315). Villemain s'amusait à persifler et à griffer Viennet, qui avait parlé à l'Académie dans un autre sens que lui (SAINTE-BEUVE, Cahiers, 1869, p. 28).
Emploi abs. Ces femmes-là tiennent de l'anguille et du cent d'épingles. Ça ne fait que griffer, bavarder, papoter sur une table (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1167).
C. — COMM., CONFECTION. Apposer la marque d'un créateur ou d'un diffuseur. C'est la première fois qu'Y. dessine lui-même et « griffe » des chaussures (Femmes d'aujourd'hui, 28 janv. 1970 ds GILB. 1971).
Rem. 1. On relève qq. attest. de griffer au sens de « graver ». Une de ces eaux-fortes que mon frère griffait en deux heures (GONCOURT, Journal, 1894, p. 685). 2. Les dict. d'arg. attestent un emploi au sens de « saisir, dérober » : Popaul avait griffé, vite fait, le bifton de dix sacs qui dépassait du tiroir (LE BRETON, Argot, 1975) et un emploi pronom. réfl. au sens de « se masturber ». Le vieux sagouin se griffait en douce en frimant les jeunes filles sur la balançoire (LE BRETON, Argot, 1975).
REM. 1. Dégriffer, verbe trans. [En parlant de vêtements, d'articles de luxe] Ôter la marque d'un créateur ou d'un diffuseur. Les fabricants de bonnes marques ne tiennent pas à ce que celles-ci apparaissent trop fréquemment dans les boutiques de soldes : leurs articles sont donc dégriffés (Le Point, 20 janv. 1975, p. 52, col. 2). Emploi subst. Le spécialiste du dégriffé (Elle, 13 janv. 1975). 2. Griffant, -ante, part. prés. en emploi adj. Une petite bête vicieuse qui n'est peut-être pas sans charme, griffante et miaulante (COLETTE, Cl. à l'école, 1900, p. 174). Il ne sentait pas la morsure des ronces, enroulant leurs tiges griffantes autour de ses jambes (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 155).
Prononc. et Orth. : [], (il) griffe []. Ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. Ca 1340 abs. « égratigner d'un coup de griffe ou d'ongle » (J. DE LA MOTE, La Voie de l'Enfer et du Paradis, 4212 ds T.-L.); 2. 1386 grifer trans. (A.N. JJ 129, pièce 163 ds GDF. Compl.). Soit de l'a. h. all. grifan « prendre, saisir » qui remonte, par suite de la mutation consonantique, à l'a. b. frq. gripan (v. gripper); soit dér. d'un anc. subst. grif (v. griffe1); dés. -er. Fréq. abs. littér. : 185.
DÉR. 1. Griffage, subst. masc. Opération consistant à marquer (quelque chose) au moyen d'une griffe. Les brins à recéper sont alors désignés par un griffage et concédés gratuitement à des riverains qui les exploitent et les façonnent pour leur chauffage (COCHET, Bois, 1963, p. 64). []. 1re attest. 1827 terme de forestier « action de griffer des baliveaux dans une coupe de bois » (Ordonnance royale du 1er août ds LITTRÉ Add.); de griffer, suff. -age. 2. Griffeur, -euse, adj. Qui griffe. Un vent griffeur souffle dans la cour (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 125). [], fém. [-ø:z]. 1re attest. a) 1901 « écrivain » (BRUANT, p. 177); b) 1904 « qui griffe » (FRAPIÉ, loc. cit.); du rad. de griffer, suff. -eur2.
BBG. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 173.

griffer [gʀife] v. tr.
ÉTYM. V. 1340, absolt; v. trans., 1386; d'un haut all. grîpan (cf. all. greifen; à rapprocher de grimper, gripper), ou d'un francique griff. → 1. Griffe.
A
1 a (Le sujet désigne un animal). Donner un, des coups de griffe à (qqch., qqn); (spécialt) entamer la peau de, avec ses griffes. Égratigner. || La chatte griffait un bout de tissu. || Ce sale chat m'a griffé. || Griffer la main, le bras de qqn. || Griffer la main à qqn, lui griffer la main.Se faire griffer par un animal.Au passif. || Être griffé.
Absolument :
1 Puis il souffla brusquement, tel un chat qui va griffer.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, II.
REM. Le verbe ne semble pas s'employer lorsque les coups de griffe sont très graves ou mortels; on parlera du terrible coup de griffe d'un tigre, mais on ne dira guère qu'il griffe.
b (Sujet n. de personne). Entamer légèrement (spécialt, la peau) ou gratter fortement (qqch.) avec ses ongles. || Son petit frère l'a griffé, a griffé sa main, lui a griffé la main. || Elle a voulu me griffer !
2 Elle se mordait les lèvres; elle griffait le drap avec ses ongles.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, V, XXVI, p. 269.
Absolt. || Quand il se bat, il mord et il griffe.
2.1 Il se battait comme une fille, les mains ouvertes, giflant et griffant.
A. Maurois, Ariel…, p. 17.
3 — Haaah ! Je veux griffer. — Attends un peu : bientôt tes ongles de fer traceront mille sentiers rouges dans la chair des coupables.
Sartre, les Mouches, III, 1.
c (Sujet n. de chose). Provoquer une griffure. Égratigner, érafler. || Une ronce l'a griffé, lui a griffé le bras.Gratter. || La plume griffe le papier.
Se faire griffer par les ronces.Se griffer le bras, la jambe (à des ronces).
d Par métaphore. Littér. Provoquer une sensation pénible, douloureuse à (qqn).
2 (Le sujet désigne la marque de griffure). || Une estafilade griffait sa joue.Par anal. || « De minces rides griffaient ses paupières » (Genevoix, in T. L. F.).
3 (Sujet et compl. n. de personne). Fig. Vx. Blesser (qqn) par des critiques méchantes (→ Coup de griffe).
4 (1866; le sujet désigne un objet pointu; le compl., une chose). Gratter, érafler. Balafrer. || Des barbelés ont griffé la carrosserie, l'aile de la voiture.
5 Argot. Voler. Agrafer, agripper.
4 Je te le dis tout de suite, je me fous que tu aies griffé ce machin-là, mon turbin ne consiste pas à te le reprocher… Seulement, il faut absolument que nous en retrouvions le proprio, tu piges ?
San-Antonio, Des gueules d'enterrement, p. 68.
B (1970). Mettre une griffe (1. Griffe, B., 3.) sur (un vêtement).Par ext. Apposer la griffe du créateur ou du diffuseur sur (un produit de modes). || Griffer une écharpe, des chaussures.
C (1932, in Petiot). Sports. Prendre un léger appui sur la piste (les pointes des chaussures griffant [A., 4.] le sol).
——————
se griffer v. pron.
(Réfl.). || Il se grattait et se griffait jusqu'au sang.(Récipr.). || Elles essayaient de se griffer et de se mordre.(Passif). Syn. : se faire griffer (→ ci-dessus).
5 L'épine du rosier ne griffe point, mais c'est l'imprudent qui se griffe par une manière violente de fuir.
Alain, Propos, 15 août 1926, Douleurs et malheurs.
——————
griffé, ée p. p. adj.
1 Mains griffées, égratignées.La voiture est en bon état, mais la carrosserie est griffée.
2 Qui porte une griffe (1. Griffe, B., 3.). || Cravate griffée.Qui correspond aux articles de mode munis d'une griffe. || « La facture griffée demeure, mais les prix, eux, peuvent chuter de 50% » (l'Express, 5 janv. 1980, p. 21).
DÉR. Griffade, griffage, griffeur, 2. griffon, griffure. — V. 1. Griffe.
HOM. Gryphée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • griffer — Griffer, act. acut. C est prendre de la griffe, qui s estend en usage plus largement que ne fait son original griffe, Vnguibus prehendere. Et se prend en mauvaise part, pour happer à tort, et outrageusement, comme, Il griffe tout, Omnia iniuria… …   Thresor de la langue françoyse

  • griffer — (gri fé) v. a. 1°   Terme de fauconnerie. Prendre avec la griffe. •   Sept couples d éperviers parurent, lesquels donnaient la chasse à deux couples de vautours, les plumaient et griffaient en l air, P. L. COUR. Prospect. d une trad. nouv. d… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • griffer — v.t. Prendre, attraper : Griffer un bahut. □ se griffer v.pr. Se grimer, se maquiller : Y a pas que les nénettes et les travelots qui se griffent la tronche. / Se masturber …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • griffer — vt. GRIFÂ (Albanais.001, Annecy, Arvillard, Cordon, Saxel). E. : Herser, Labourer. A1) griffer (surtout ep. des chats, des lapins...) : èrfâ vt. (001) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • GRIFFER — v. a. T. de Fauconnerie. Prendre avec la griffe. Les oiseaux qui griffent. GRIFFÉ, ÉE. participe …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • GRIFFER — v. tr. égratigner d’un coup de griffe. Le chat a griffé cet enfant. Ces enfants se sont griffés. Il signifie aussi, en termes d’Eaux et Forêts, Marquer avec une griffe. On a griffé tant de baliveaux pour la coupe de bois …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Griffer — Griffe Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • griffer — L’égratignure est à l’art érogène ce que la gravure est aux arts plastiques, la fleur du toucher, l’épure de la caresse, un concentré de corps à corps. Suçon Dans la série des marquages «anthropophagiques» de l’amour, la succion énergique de la… …   Dictionnaire de Sexologie

  • krabanata — griffer …   Dictionnaire Breton-Français

  • griffe — [ grif ] n. f. • v. 1500; grif n. m. v. 1220; de griffer I ♦ 1 ♦ Formation cornée pointue et crochue, qui termine les doigts de certains animaux (mammifères, oiseaux, reptiles). Griffes acérées. Griffe fixe, rétractile. Les griffes du chat.… …   Encyclopédie Universelle